café sexo des gones 14 fevrier 2018, flyer, pub, amoureux et libres ? quelles libertés sentimentales et sexuelles ? coeur en prise avec des voies qui lui parlent

Une Saint Valentin pas comme les autres

Cette année, ma soirée de la Saint Valentin, je ne l’ai pas passée avec mon homme, mais avec plusieurs dizaine d’inconnus à discuter d’amour et de libertés !

J’ai participé à la troisième édition du Café Sexo des Gones.

Ces cafés fonctionnent sur le même principe que les Cafés Philo : un thème est donné pour chaque séance, puis chacun est libre de s’exprimer sur le sujet. La différence, c’est qu’au lieu d’aborder des sujets philosophiques, au Café Sexo des Gones, on parle sexualité et sentiments. Les participants sont libres de débattre, échanger leurs idées et ressentis, apporter de nouveaux points de vue … Le tout dans la plus grande tolérance et bienveillance ! Le but est d’apprendre à mieux nous connaître et nous comprendre. Tout le monde est le bienvenu, quelque soit son âge (adulte) ou son orientation sexuelle. Ces Cafés sont organisés par l’association à but non lucratif Café Sexo des Gones.

salle du BOMP remplie de monde pour le café sexo des gones du 14 février 2018. Les visages sont floutés par souci de confidentialité. Respect, convivialité, échanges, bienveillance, tolérance, débat sans tabou.
Café Sexo des Gones, édition du 14 février 2018. La salle était pleine ! J’ai pris soin de flouter le visage des participants par souci de confidentialité.

Le thème de ce soir était « Amoureux et libres ? Quelles libertés sentimentales et sexuelles dans l’amour ? »

“Quelles libertés sentimentales et sexuelles sont possibles dans le cadre de relations amoureuses ? Si la relation amoureuse est pour beaucoup synonyme de couple et d’exclusivité sur le plan sentimental et sexuel, existe-il d’autres façons de vivre l’amour ? Certains couples s’essayent au libertinage, d’autres expérimentent des formes de couple ouvert et acceptent les relations hors couple. Enfin, certaines personnes refusent de former un couple exclusif et se vivent comme polyamoureuses.” (extrait de la présentation officielle de l’événement sur Facebook)

Deux petites heures étaient bien peu pour aborder un si vaste sujet ! Quelques remarques ont néanmoins retenu mon attention :

  • être en couple n’est pas quelque chose de naturel, c’est culturel. Cela n’est pas inné et s’apprend,
  • Au moins 60% des couples mariés connaissent l’adultère,
  • “L’amour est enfant de Bohème, il ne connaît pas de lois”,
  • On peut aimer plusieurs personnes avec autant d’intensité, mais d’un amour différent, comme c’est le cas de l’amour d’un parent pour ses enfants : il aime tous ses enfants avec la même intensité, et il ne ressent pas moins d’amour pour chaque enfant si le nombre total d’enfants est plus élevé,
  • La construction de la relation prend du temps, et cela demande d’autant plus de temps s’il y a de multiples partenaires,
  • La contraception a apporté la liberté sexuelle aux femmes qui peuvent s’adonner aux joies du sexe sans avoir à redouter une grossesse. Cette nouvelle liberté a probablement enclenché le développement du polyamour,
  • Le polyamour implique la notion d’égalité des droits entre les parties, à l’inverse de la polygamie,
  • Quand on s’ouvre au “partage” de partenaire-s, on affronte ses insécurités,
  • Certaines peurs ne nous appartiennent pas mais sont héritées de nos parents et peuvent ressortir dans notre relation. Exemple : peur de la trahison, peur de l’abandon,
  • Céder n’est pas consentir,
  • La fidélité est une notion à revoir : ne serait-ce pas plutôt le respect d’un “contrat” passé avec son-sa-ses partenaire-s au début de la relation ? (et rediscuté en cours de relation si une partie en manifeste le besoin), Ne serait-ce pas plutôt d’avoir foi en l’autre ?
  • En amour, il n’y a aucune norme.

Je conclurai en disant que chacun a sa propre définition du bonheur et qu’on est tous libre d’avoir les relations amoureuses et sexuelles qui nous conviennent, dans la limite du respect de soi et des autres.

 

Le plus bel amour ne serait-il pas de laisser l’autre choisir ce qu’il aimerait être ?

La réelle liberté ne serait-elle pas la compréhension et l’acceptation du fait qu’on est tous différents ?

Un grand merci à ceux qui ont animé et modéré le débat :
Angélique COULON, médecin,
Olivier DAUNAY qui participe à l’organisation et à la modération de cafés amoureux,
Sandra SAPORITO, psychologue clinicienne, psychothérapeute et sexologue.

Morgane Z entourée des membre de l'équipe du café sexo des gones qui ont modéré le débat du 14 février 2018. Amoureux et libres aussi !
Moi (en rouge) entourée de l’équipe de modération du café de ce soir. Je les remercie tous chaudement ! Ils ont permis un débat très intéressant et convivial.

Et un grand merci à tous les participants, les échanges ont été formidables. Chacun a fait preuve d’ouverture d’esprit, de tolérance et d’écoute.

 

Le prochain Café Sexo des Gones aura lieu le 14 mars et aura pour thème la normalité dans la sexualité.

 

 

 

Liker / Partager sur votre réseau social préféré :
  • 10
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    10
    Partages
  • 10
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *