Le tantra c’est quoi ? interview d’une tantrika expérimentée

Entre les différents stages de développement personnel et de tantra qu’elle anime, Clémentine se retire dans sa campagne profonde pour se ressourcer. Cette tantrika expérimentée m’a accueillie deux jours chez elle afin que je puisse l’interviewer. Après s’être présentée, elle nous livre les secrets du tantra…

(Cet article est une retranscription de son interview vidéo)

Qui est Clémentine Jolivet ?

CLémentine Jolivet, tantrika, tantra, interview, le tantra c'est quoi

Clémentine a une trentaine d’années. Elle est tantrika, c’est-à-dire qu’elle pratique le tantra, cet art spirituel mystérieux… Elle anime des stages de tantra en France, c’est d’ailleurs dans ce cadre que je l’ai rencontrée : avec Richard Cayre, elle co-animait le stage d’initiation au tantra auquel j’ai participé il y a quelques mois (Février 2018).

Son parcours

Au départ, Clémentine a une formation de metteur en scène, comédienne, et danseuse. Assez rapidement, dans les stages qu’elle suivait pour se former, elle a rencontré des gens qui utilisaient la voix ou la danse, non seulement pour un projet artistique mais surtout dans une optique d’évolution personnelle. Cette approche de l’art l’a intriguée et elle a commencé à s’intéresser aux questions de spiritualité et de développement personnel. Elle s’est alors formée en médecine traditionnelle chinoise, en massage Tui Na (qui fait partie de la médecine chinoise), à des méthodes de soins énergétiques… Puis elle a perdu sa mère, assez jeune. Ce grand choc émotionnel l’a amenée à se poser des questions sur l’être humain : “qu’est-ce qu’on fait là, pourquoi, comment ?”. Cet événement l’a poussée à aller plus loin dans son cheminement personnel. Lorsqu’elle a rencontré le tantra il y a cinq ans maintenant, elle a plongé dedans. Cette approche lui a permis de travailler sur tous les niveaux : corporel, émotionnel, mental… transformant plein de choses en elle. Elle a approfondi son enseignement jusqu’à maintenant animer des stages de tantra. Elle s’intéresse aussi beaucoup au chamanisme.

A lire aussi : J’ai essayé pour vous l’atelier d’Ilia Renon

C’est l’intérêt pour l’humain qui réunit toutes ses approches : “comment on fonctionne, qu’est-ce qu’on peut faire pour essayer de comprendre quelque chose, qu’est-ce qu’on fait là, qu’est-ce que l’on est ?”. Ces questions ne seront jamais résolues mais cette recherche la passionne, tout comme la transmission des outils qu’elle a explorés.

 

Le tantra, c’est quoi alors ?

Le tantra est mystérieux…

Tout d’abord, le tantra est mystérieux pour une très bonne raison : des origines, on n’a que quelques textes, qui s’appelaient les “tantras”. Ces textes sont assez mystérieux, très poétiques et ainsi laissent des possibilités d’interprétation très très vastes… donc de fait il y a eu plein d’interprétations différentes.

Le tantra est une forme de spiritualité…

Clémentine présente le tantra comme une forme de spiritualité, mais pas du tout comme une religion. En effet, la religion comporte un dogme avec des règles de conduite, en quelque sorte, à suivre. Alors que la spiritualité telle que le comprend le tantra est un chemin individuel. Il y a certes des gens qui peuvent se regrouper sur une grande ligne ou une autre, mais le chemin reste individuel.

Le tantra est une voie d’expériences…

Le tantra est individuel et passe par l’expérience : c’est que ce que je vais connaître de par mon expérience qui va me permettre de me connaître moi et de connaître le monde.

Le tantra est non-dual…

Le tantra se caractérise par la non-dualité : le monde n’est PAS divisée en deux. On ne lit pas le monde de manière binaire : le bien / le mal, ce qui est sacré / ce qui est profane, le corps d’un côté / et l’esprit de l’autre… La vision tantrique prend l’être et le monde dans sa totalité, dans son unité. La plupart des religions dévalorise beaucoup le corps au profit de l’esprit : le corps mène à la tentation, nous tire vers le mal, est sale… Dans le tantra on ne retrouve pas cette dévalorisation : le corps est une manière comme une autre d’expérimenter le vivant, le réel, et de faire son expérience en tant qu’être humain.

 

A lire aussi : Ma critique du livre “Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs)

Le tantra inclue l’énergie sexuelle…

Suivant le principe de non-dualité, les expériences corporelles sont tout autant valables que les recherches intellectuelles, du cœur, ou spirituelles… et donc comme le corps est complètement accepté et intégré, et bien le sexe et la sexualité aussi. Cela explique tout l’imaginaire et les fantasmes qu’on a en Occident quand on parle du tantra : “c’est sexuel, c’est la sexualité”. Non. En réalité, le sexe fait partie de notre corps d’être humain, et il n’est ni sous-valorisé, ni sur-valorisé.

Certes, on parle beaucoup d’énergie sexuelle dans le tantra, mais elle peut aussi s’appeler “énergie vitale” ou “énergie créative”. De fait, cette énergie de vie prend naissance au niveau du bassin, dans le sexe, mais aussi parce que c’est notre origine. Si on est là c’est parce qu’à un moment il y a eu un acte sexuel entre notre père et notre mère ! Le tantra étant une exploration de soi : “comment je fonctionne, pourquoi aujourd’hui je réagis comme ça, pourquoi je suis ça ?…”, on va aller chercher dans notre histoire pour essayer de comprendre tout ça. Et si on remonte loin dans l’histoire, il faut reconnaître que nos origines sont sexuelles ! Donc oui, le tantra explore la sexualité, pour s’explorer soi-même.

Le tantra a pour but de transmuter l’énergie sexuelle en énergie de vie…

On a tous cette énergie vitale (l’énergie sexuelle) au départ, plus ou moins endormie, plus ou moins en forme, qui s’exprime ou pas, qui a été bridée, … En tantra, on va venir réveiller cette énergie, la côtoyer, l’augmenter, … mais dans l’objectif -si tant est qu’il y ait un objectif dans le tantra- de la faire monter petit à petit et la transmuter. Si on prend le système énergétique indien avec les chakras (rajouter illustration), l’idée est de faire monter cette énergie de la base (chakras de l’anus et du sexe) jusqu’au chakra du cœur, de la tête, et enfin au chakra couronne. Cette énergie sexuelle va se subtiliser et nous permettre de l’utiliser dans tout un tas de domaines : la sexualité, mais peut être aussi dans notre jardin, notre création artistique, se mettre au service des autres, …

 

A lire aussi : Ne posez jamais ces trois questions à une lesbienne…

Le sexe est véritablement le point de départ, le sexe, mais pas du tout l’objectif. La sexualité est une des voies qui permettent de se connaître. Mais qui est très importante ! C’est non seulement notre origine, mais aussi le siège d’énormément de tabous, de blocages, de choses qui s’inscrivent dans cette zone sexuelle et qui bloquent ainsi tout l’être. Si on regarde physiquement notre corps, le sexe est notre base (il est à la base de la colonne vertébrale). Et si la base est coincée, bloquée, le reste ne peut pas se construire, ne peut pas s’ériger (comme une maison qui sera bancale si les fondations ne tiennent pas!). Le sexe a son importance, mais en tantra on ne focalise pas dessus autant qu’on peut l’imaginer, le fantasmer, quand on ne connaît pas.

 

Retrouvez l’interview complète sur YouTube :

 

Avez-vous d’autres questions sur le tantra auxquelles Clémentine n’aurait pas répondu ? Notez-les en commentaires !

 

💕 Love 💕

Morgane Z. « Bien sous la couette, bien dans la vie »

Liker / Partager sur votre réseau social préféré :
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.